Les œuvres du peintre Bascoulard aux enchères à Bourges

Il y a 40 ans disparaissait Marcel Bascoulard.

marcel bousculardCe peintre qui menait à Bourges une vie de clochard a produit des centaines de dessins et de peintures. Pour la plupart, ses œuvres représentaient des rues et des monuments de la ville. Une vente aux enchères est organisée le 12 janvier 2018, date anniversaire de sa disparition.

Le 12 janvier 1978, un clochard était assassiné à Bourges. Il s’appelait Marcel Bascoulard et avait 65 ans. Connu de tous les Berruyers, il n’était pas un simple vagabond. Au fil de ses journées, il dessinait. Les monuments, les édifices, les rues de sa ville. Au point que, peu à peu, ces dessins, croquis, pastels ont fini par constituer une oeuvre. Il les échangeait contre de la nourriture par exemple. Aujourd’hui ils sont partout.

A savoir : Marqué par le meurtre de son père, Léon Bascoulard, par sa mère Marguerite, née Mulet – il associera souvent ce nom à sa signature – le 25 septembre 1932, Marcel Bascoulard choisit très tôt la marginalité. Lors de la Seconde Guerre mondiale, il ajoute un tréma sur le « u » de Mület, en signe de dérision à l’adresse de l’occupant. Il loge dans des abris précaires (cabane de jardin, grenier, ruines) comme dans le quartier Avaricum, à Bourges. Il finira ses dernières années à Asnières-lès-Bourges (Cher) dans la cabine d’un camion offert par le propriétaire d’une casse.

Dans les années 1930, il commence à dessiner à Saint-Florent-sur-Cher (Cher) puis dans les rues de Bourges. Marcel Pinon, architecte de la maison de la culture de Bourges, le remarque et l’invite à suivre des cours à l’école des beaux-arts municipale. Expérience très éphémère pour le jeune artiste. Il devient le témoin du changement de Bourges dans les années 1950-1960. Ainsi, il immortalise bon nombre de rues et de monuments du cœur de Bourges, notamment la cathédrale Saint-Étienne.Ses œuvres comportent rarement des toiles peintes en couleur avec exceptionnellement des personnages. Il devient vite une figure de Bourges, connu par son curieux accoutrement, ainsi que par sa façon de se déplacer sur un curieux tricycle couché. Souvent vêtu en femme dans des tenues de sa production, il fait l’objet de quelques arrestations et procès-verbaux, auxquels il aime répondre par des lettres aux agents de police, invoquant la liberté de se vêtir comme bon lui semble. Éclectique, il écrit aussi de nombreux poèmes, réalise plusieurs cartes géographiques.

Reportage : 

Vente Bascoulard

Salle des ventes Jacques-Coeur

11 Rue Fulton, 18000 Bourges

12 janvier 2018

Tel : 02 48 24 02 90

Source